Conseils d’acclimatation

Comment bien acclimater les poissons et invertébrés acquis sur notre site ?

Vous venez de faire l’acquisition sur notre site d’une ou plusieurs espèces de poissons ou d’invertébrés d’eau douce. Quelles que soient l’origine des espèces, issues d’élevage ou bien sauvages, nous vous recommandons de bien respecter les méthodes d’acclimatation suivantes lorsque vous entrez en possession du colis

  • Habituez les poissons à la lumière ambiante en ouvrant le couvercle de la boîte polystyrène et retirez le journal. Examinez les sacs pour contrôler leur état et celui des animaux, puis laissez les poissons au moins 15 minutes tranquilles. Lorsqu’un sac fuit légèrement, il n’y a pas d’inquiétude à avoir et si un sac n’a presque plus d’eau, acclimatez très doucement le poisson dans un seau à l’aide de tous petits volumes d’eau. En hiver, certains poissons sont très apathiques et engourdis. Ne vous affolez pas et procédez à l’acclimatation en douceur.

  • Ouvrir le colis et le laisser ouvert une demi heure. De préférence, surtout en hiver, placez vos poissons dans un seau avec l’eau de transport puis versez y un peu d’eau de l’aquarium prévu pour eux, soit à l’aide d’un petit récipient toutes les cinq minutes, soit au goutte à goutte pendant une heure. En période estivale et de beau temps, quand les températures extérieures sont supérieures à 20°C en journée et ne descendent pas en dessous de 15°C la nuit, vous pouvez placer les sacs directement dans le bac prévu pour vos poissons. Même dans ce cas, l’acclimatation à l’eau du bac prévu pour ces espèces doit durer environ une heure, selon la méthode recommandée.

  • Après une heure d’acclimatation, pêchez les poissons dans le seau ou bien versez le seau au dessus d’une épuisette puis placez doucement les poissons dans leur nouvel aquarium. Ne versez jamais l’eau du sac dans l’aquarium car elle est sale et source de bactéries pathogènes, même si elle semble propre à l’arrivage. Certaines espèces des familles de Loricariidés, Siluridés et Callichthyidés,doivent être déposées dans un récipient propre et neutre plutôt que d’être manipulées à l’épuisette. Nous recommandons vivement un aquarium de quarantaine dont la taille devra être adaptée aux espèces commandées. La durée de quarantaine sera idéalement de trois semaines. Respectez bien le cycle de l’azote, surtout pour un bac de transition souvent sans substrat.

  • Le nourrissage des nouveaux poissons se fera 24 heures après leur arrivée. En effet, ils risquent de ne rien manger le
    jour même en raison du stress. Il est donc inutile de polluer l’eau trop rapidement. Certaines espèces délicates sont plus faciles à acclimater à l’aide de nourritures vivantes ou congelées. Vous pouvez nous demander conseil par mail en cas de doute.

Complément d’information sur la réception des sacs de poissons et autres animaux.

L’emballage spécial des Corydoras : les Corydoras sauvages émettent des toxines en faible quantité lorsqu’ils sont stressés par la pêche et le transport. En insérant dans le sac où ils sont transportés du charbon micronisé super actif, on évite qu’ils se contaminent eux-mêmes. La présence d’une poudre noire dans l’eau du sac et sur le corps du poissons est tout à fait normale.

L’emballage spécial des crevettes : les crustacés comme les crabes nains et les crevettes ont l’habitude de se tenir fixés à des supports divers dans la nature. Pour les aider à conserver ce comportement et à diminuer leur stress, nous mettons soit de la mousse, soit de la laine en nylon en boule ou bien en filet dans le sac de transport. Au déballage, vous constaterez que toutes vos crevettes y sont accrochées !

L’emballage spécial des escargots : les mollusques sont des animaux qui polluent très vite l’eau de leurs sacs de transport pour deux raisons : ils digèrent de grandes quantités de matière et en rejettent toujours énormément pendant le transport. En second lieu, en cas de décès d’un seul d’entre eux, l’eau devient rapidement insalubre et condamne les autres. Afin de pallier cette difficulté, les escargots sont transportés dans un papier journal humide qui absorbe efficacement les rejets et conserve leurs besoins élevés en hygrométrie.

L’emballage spécial double : dans chaque famille, on trouve des espèces qui sont très remuantes ou dont la constitution est bardée de barbillons forts, d’épines, de plaques osseuses et encore de nageoires acérées. Ces espèces sont transportées dans des sacs doublés afin de protéger les fuites lorsqu’ils parviennent à percer l’emballage (cichlidés, loricariidés, etc).

L’emballage avec feuille de Catappa : Certaines espèces acidophiles comme par exemple Poecilocharax weitzmani, Sphaerichthys spp. Parosphromenus spp. possèdent dans leur sac de transport des fragments de feuilles de Terminalia cattapa. En plus d’apporter des tanins et d’acidifier légèrement l’eau, ces feuilles ont des vertus antifongiques et antibactériennes.

La fermeture des emballages : certains sacs sont fermés à l’aide d’élastiques et d’autres à l’aide de bagues métalliques. L’élastique ferme les sacs d’espèces à respiration atmosphérique alors que les bagues ferment les sacs d’espèces qui voyagent avec de l’oxygène pur. De surcroît, l’élastique évite l’éclatement des sacs sous la pression du gonflage.

La conductivité élevée de certaines eaux d’emballage : les espèces remuantes de belle taille sont emballées dans des sacs dont l’eau contient 0.5 gramme de sel par litre d’eau. Ce procédé retarde l’intoxication aux déchets qu’elles vont larguer dans l’eau du sac de transport . Cette quantité très faible de sel inverse l’osmorégulation habituelle du poisson d’eau douce, évitant ainsi que les toxines issues des déchets qui se solubilisent dans l’eau du sac  pénètrent dans les tissus du poissons. Cela facilite l’acclimatation des poissons dans vos installations dont l’eau est plus douce : l’eau douce propre de vos bacs pénètre à nouveau dans le corps des poissons après quelques heures seulement.

Aquaterra-Diffusion

Deux passionnés à votre service

Frédéric

Aquariophile passionné de longue date (pardon pour le rappel de ton grand âge ;-) ) c'est tout naturellement que Frédéric consacre sa passion au service des professionnels et des aquariophiles à travers un grand savoir-faire et une parfaite connaissance de nombreuses espèces à la fois pour leur biologie mais également pour leur histoire, les premiers imports, les premières reproductions, etc.

Jérôme

La vocation dans l'aquariophilie n'est pas un hasard quand on y baigne depuis toujours à la fois personnellement et professionnellement. Jérôme a développé son savoir faire et son sens du service par l'amour de la nature et la connaissance biologique des espèces en générale avec quelques thèmes de prédilections ; les crustacés d'eau douce, les characidés et bien d'autres domaines naturalistes qu'il explore et partage à travers la photographie et internet.

En savoir plus

Découvrez d'avantage d'informations sur la société ou sur le fonctionnement du site

Incrivez-vous à la newsletter

Découvrez nos dernières actualités et nos offres spéciales exclusives !

X